Incatema entame la dernière phase de la formation des enseignants du projet CEFOPESCAS en Angola

30 September, 2019

Les élèves du CEFOPESCAS ont commencé en Angola la dernière phase du projet de formation des formateurs avec le module correspondant à la navigation, aux machines et moteurs, à la sécurité maritime et aux arts de la pêche durable dispensé par 5 professeurs espagnols, qui s’achèvera au mois d’octobre prochain

La formation des futurs professeurs de l’École nautique de pêche a commencé en 2017 en Espagne. Après plusieurs modules de formation et différentes certifications, les 19 futurs professeurs de nationalité angolaise se sont rendus à Vigo, pour poursuivre leurs études de Capitaine à la pêche côtière au sein de l’Institut polytechnique maritime des pêches de l’Atlantique de Vigo, un centre de référence agréé par l’Union européenne.

Le CEFOPESCAS, un équipement qui favorisera l’emploi en Angola

Les installations de la nouvelle École de formation aux métiers de la pêche de l’Angola, récemment meublées, comportent un bâtiment principal, des salles de classe, des laboratoires, un simulateur de navigation, des salles informatiques, une bibliothèque, une infirmerie et une cafétéria. Elles comprennent également 12 bâtiments destinés à héberger les étudiants, 24 logements pour les professeurs, un réfectoire et des zones sportives

Incatema a conçu un complexe réunissant des systèmes de construction traditionnelle et des techniques innovantes qui confèrent aux bâtiments une efficacité énergétique optimale, réduisent leur entretien au minimum et représentent une alternative durable au niveau écologique pour les conditions d’humidité et de chaleur extrêmes de Luanda.

Le CEFOPESCAS pourra former jusqu’à 300 élèves chaque année et permettra de créer environ 80 emplois directs et 300 emplois indirects. Cette initiative du Gouvernement angolais vise à promouvoir la formation aux métiers de la pêche dans une région qui possède un lien très fort avec la mer et dans un pays où le secteur de la pêche représente 1 % du PIB et constitue le troisième secteur exportateur derrière le pétrole et les diamants. De plus, le poisson est l’une des principales sources de protéines de la population angolaise.