INCATEMA contribue à augmenter l’efficacité hydrique au Sénégal avec la construction de trois stations de potabilisation

12 December, 2019

Incatema Consulting & Engineering a commencé la construction des trois centrales d’eau potable qui bénéficieront aux populations de Kédougou, Foundiougne et Dakar et à un secteur de la ville de Dakar, dans la République du Sénégal. Ce projet de 11 291 854,509 millions d’euros, confié par le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement du Sénégal, bénéficie du financement de la Société nationale des eaux du Sénégal (SONES).

Actuellement, une première cargaison de tuyauteries en fonte avec leurs accessoires en provenance d’Inde se trouve en transit et arrivera à destination à la fin du mois. Celles-ci assureront la fonction d’acheminer l’eau du fleuve Gambie à la ville de Kédougou.

À Dakar, le but est de construire des puits pour tenter d’éliminer le fer et le manganèse de l’eau, tandis qu’à Foundiougne, il s’agit de mener à bien un processus de désalinisation de l’eau. Dans la localité de Kédougou, les travaux de construction d’un bassin de stockage de 50 000 m3 et d’un château d’eau en béton armé d’une capacité de 500 m3 ont déjà commencé.

La mise en œuvre de ce projet a pour objectif d’améliorer l’approvisionnement en eau potable de ces trois localités du Sénégal, grâce à la construction, entre autres, de plusieurs stations de pompage d’eau, la mise en place de 12 km de nouvelles tuyauteries de système de distribution, la fourniture et l’installation de 5 km de conduites de distribution, la construction d’un château d’eau de 500 m3 de 30 m et la construction d’un bassin de stockage de 50 000 m3.

Incatema Consulting & Engineering s’est également engagée à fournir les équipes et les équipements techniques nécessaires à tous les ouvrages. Il est prévu que ce projet clé en main soit réalisé dans le respect du délai stipulé de 12 mois à partir du début des travaux.

L’accès à l’eau potable de toute la population est essentiel pour le développement durable. Dans la République du Sénégal, plus de 69 % de la population n’a pas accès à des sources sûres. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) souligne que le changement climatique exerce une pression de plus en plus forte sur les ressources hydriques. Elle appelle également à de plus grands efforts pour augmenter l’efficacité hydrique afin de fournir un accès à l’eau potable à toute la population, un élément essentiel pour atteindre les Objectifs de développement durable établis dans l’Agenda 2030 de l’ONU.